mercredi 4 février 2015

Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses de Catherine Dufour

"A Noël dernier, j'ai feuilleté le catalogue Jouets d'un grand magasin. Sur fond bleu : des autos, des motos et des bateaux. Sur fond rose : des poupées qui marchent et parlent, dix Barbie-princesse et une Barbie fait le ménage.
Materner c'est très bien, faire le ménage c'est nécessaire, et s'habiller comme une princesse peut être agréable, mais ce ne sont pas les seules façons pour une fille de gagner sa vie. Il y a beaucoup de métiers, bien mieux payés."

Après en avoir lu quelques critiques du la Toile, j'avais hâte de me plonger à mon tour dans ce Guide "décalé et enthousiasmant" surtout que, les fonds roses et les fonds bleus dans les catalogues m'irritent au plus haut point. Bon après j'avoue ne pas avoir été élevée dans ce monde princesses et de roses, je détestais de toute façon le rose (et je le déteste toujours, peut-être parce qu'il était associé aux filles et que ma foi, petite j'étais plutôt "garçon manqué" ...  appellation qui n'a plus guère de sens à l'heure actuelle), de plus ma petite soeur jouait aux petites voitures et moi aux playmobils. Certes nous avons eu une petite phase poupée (mais du genre poupées de chiffon qui ne ressemblent plus à rien, victimes du temps destructeur) et peut-être une barbie (mais c'était pour avoir le cheval Barbie en réalité et il me servait pour mes playmobils xD).

Donc ... j'étais intriguée par ce livre.
Décalé oui il l'est, par la façon dont l'auteure nous présente ses sélections de femmes qui ont bravé les interdits pour faire ce dont elles rêvaient (je parle surtout des femmes citées dans les parties "Découvrez le métier avec" ...) et par son humour, surtout dans les premières pages.
AGENT SECRET
Insertion professionnelle : houleuse.
Espérance de vie : Couci couça.
ALPINISTE
Espérance de vie : pas vertigineuse.
ARCHITECTE
Espérance de vie : Selon la qualité du mortier.
BASSE-COU
Etudes conseillées : Relisez la fiche ci-dessus.
Espérance de vie : Relisez-la attentivement.

Les portraits de ces femmes du passé sont prenants et Catherine Dufour a un style bien à elle, qui n'hésite pas à mettre les pieds dans le plat. C'est très varié, de l'Agent Secret à la Voileuse, en passant par la Chirurgienne, la Chef d'Orchestre ou des métiers dans lesquels on ne penserait pas forcément aux femmes (comme quoi les clichés sont lourds mais pour ces cas là je ne sais pas si ce n'est pas plus mal) comme Tortionnaire ou Barfly ou encore Mafieuse.
On observe aussi au travers du "Métier d'aujourd'hui ...." des femmes qui à l'instar des leurs homologues passées ont fait ce qu'elles souhaitaient faire.
Le livre se lit très facilement, à parcourir dans tous les sens ou dans l'ordre mais d'un autre côté, je n'en suis pas ressortie enthousiaste car j'ai fini par me lasser du procédé toujours identique des portraits avec en plus des tournures de phrases qui ont fini par me faire sortir de mes gonds :"Regardez-la ..." "Ecoutez-la ...."  utilisées  probablement pour rendre plus vivant le portrait mais qui, au bout de moult répétitions, me donnait envie de jeter le livre contre un mur.

Je suis restée plus intéressée par  les portraits des femmes d'avant qui montrent à quel point elles ont du se battre contre les stéréotypes, les pré-requis et tous ces machismes qui leur interdisaient de faire aussi bien, voire mieux (et elles l'ont fait souvent mieux) que les hommes,  et qui souvent, malheureusement ont fini dramatiquement, ou sans reconnaissance.
 J'ai été moins touchée par les portraits des femmes d'aujourd'hui, peut-être aussi parce que naïvement je ne vois pas ce qui empêche les femmes à l'heure actuelle, dans nos mondes civilisés, de faire ce qu'elles veulent. D'ailleurs j'en ai toujours été intimement convaincue depuis toute petite (peut-être est-ce la conséquence d'avoir été élevée sans père, par une mère qui assurait dans tout.)

Après je ne suis pas objective, je travaille dans un univers spécifiquement féminin, où au contraire on rêverait d'avoir plus d'hommes (car oui ils apportent autre chose que nous ce qui n'en fait pas pour autant des supérieurs et ils le savent très bien pour la plupart) et que quand on en a, ils ne sont pas plus payés et pas plus considérés - si !  j'avoue qu'ils sont moins emmerdés par les parents qui ont plus de facilité de casser du sucre sur les maîtresses (surtout certains mâles qui roulent des mécaniques et veulent vous impressionner en se grandissant dans l'embrasure de la porte de la classe ... cela m'est arrivée une fois, je l'ai accueilli tellement froidement, genre "qu'est ce que vous fichez là ?", qu'il s'est déglonflé comme un ballon, ce fut fort drôle) que sur eux - et n'ont pas pour la plupart de comportement sexiste.
Cela dit je ne suis pas naïve au point d'ignorer que dans certaines branches il faut se battre comme un lion pour accéder au plus haut. En tout cas je l'ai moins ressenti pour ces portraits.

En conclusion, en dehors des quelques aspects agaçants, c'est un Guide qu'il faut que toutes les jeunes filles à l'aube de leurs choix professionnels doivent avoir entre les mains, pour leur prouver que oui elles peuvent tout faire (à condition d'avoir les capacités intellectuelles ou sportives requises, au même titre que les hommes) et qu'il devrait impérativement être présent dans tous les lycées.

Pour achever ce billet, une petite anecdote arrivée lorsque je travaillais avec mes élèves sur les discriminations .... En séance 1, observation de trois photographies, l'une sur un enfant en fauteuil roulant, l'autre sur Eunice Barber une athlète noire qui a remporté une médaille d'or aux JO et la dernière sur Claudie Haigneré une femme ministre et cosmonaute. Je passe sur l'étude des deux premières pour en venir à la dernière.
Les questions posées sous chacune des photos sont destinées à faire réfléchir rapidement les enfants (on reviendra dans d'autres séances de façon plus approfondie)  et il est vite ressorti qu'à cet âge encore tendre, les enfants très spontanément n'ont vu aucune raison pour qu'une femme soit ce qu'elle veut, même mon plus petit macho de la classe (c'est un genre qu'il se donne, cela me fait rire). Tout en étant déjà réalistes, car à la question : il est prouvé que les filles obtiennent de meilleurs résultats à l'école que les garçons mais qu'ensuite on les voit presque plus dans les hautes études ou certains métiers comme chirurgiens ou chef de chantier, pourquoi ? , une de mes élèves a répondu le plus naturellement possible
"- Parce que les hommes les empêchent.
Et là mon petit historien de rebondir :
- Bah ce n'est pas normal !"

Alors .... je ne m'estime pas féministe, je n'aime pas les étiquettes, cela m'ennuie profondément mais mon combat je le mène à ma manière et pour ma part c'est à l'école où je m'efforce de faire passer des valeurs de tolérance et d'égalité des sexes auprès de ces petits êtres qui un jour représenteront la France. Je crois même que certains d'entre eux prennent un chemin qui est des plus rassurants.
En tout cas les petites filles de ma classe sont traitées avec respect par les petits mecs en puissance et savent qu'elles peuvent faire aussi bien qu'eux ... quant aux multi-chemins qui sont ouverts devant eux, je leur explique que seuls eux peuvent se les fermer et non la société.

Je ne résiste pas à une dernière anecdote de ma petite féministe en puissance de ma classe.
Début d'année, ma collègue donne à ses élèves une poésie de Jean-Pierre Claris de Florian intitulée La guenon, le singe et la noix qui raconte comment une jeune guenon trouve une noix et la porte à sa bouche, ne parvient pas à la casser, se sent dupée parce qu'on lui a affirmé que les noix étaient bonnes et la jette ..... Passe par là un singe qui ramasse la noix, la casse entre deux cailloux et la mange. La moralité n'est pas que les hommes sont plus intelligents que les femmes mais que "Souvenez-vous que, dans la vie, Sans un peu de travail on n'a point de plaisir."
Et la gamine de 10 ans de s'écrier : "Et pourquoi c'est une femelle qui ne réussit pas ? ce n'est pas juste comme histoire, c'est nul" .... Dommage qu'elle soit si jeune, je lui aurais volontiers conseillé Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses.
Quoique je ne m'inquiète pas trop pour elle, avec sa vivacité d'esprit et son caractère, elle ira loin cette petite ^^

Ailleurs
Vert ; Efelle ...

10 commentaires:

  1. On peut le faire lire aux garçons aussi, histoire de prendre un petit cours d'histoire... Ca ne peux pas faire de mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison, ce serait bien aussi ^^

      Supprimer
  2. Hihihi j'adore ce titre et ce concept.
    Ce que tu décris à la fin du billet est, comme toujours, ce que je trouve si génial dans ton métier! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je préfère présenter cela que tous les côtés horribles lol

      Supprimer
  3. J'avoue que l'ayant lu en le picorant en majorité, j'ai pas trop fait attention aux tournures (mais maintenant que tu le dis). Sinon pour avoir le nez dans pas mal de revues sur le monde de l'entreprise, malheureusement l'égalité c'est pas encore ça (même si y'a de chouettes initiatives parfois).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui voilà, c'est ce que je disais, je ne peux pas être objective, je ne vis pas dans ce monde là, je le sais mais je ne le subis pas en live et j'ai espoir que les choses finissent par changer en éduquant mieux les petits. C'est pas gagné mais bon ... il faut y croire lol

      Supprimer
  4. Tiens c'est marrant j'avais cette aversion pour le rose quand j'étais gamine aussi ... et on me qualifiait souvent de garçon manqué, expression que j'ai en horreur maintenant car j'ai grandi dans l'idée qu'être garçon c'était mieux (vu que leurs jouets m'étaient plus intéressants) et qu'être une fille c'était nul (et du coup le rose beurk). Vraiment juste hallucinant ce qu'on fout dans la tête des gamins juste avec des mots.
    Ton anecdote est juste excellente ! En voilà une qui ne se laissera pas marcher sur les pieds.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui moi aussi j'aurais voulu être un garçon quand j'étais petite lol. C'est vrai que tout se joue dans l'enfance quelque part, je le vois avec mes élèves, ces petites filles comme celle que j'ai citée qui saura s'affirmer et qui est déjà respectée par tous et en contrepartie une autre fillette habillée en rose, avec un serre-tête Hello Kitty, renforcée dans un rôle de fille qui plus tard fera le ménage et fermera sa tronche. J'espère qu'elle ouvrira les yeux un jour mais ce n'est pas gagné.

      Supprimer
  5. J'avais eu connaissance de ce livre grâce à Vert. Il est en wishlist, mais tu me confortes dans l'idée de l'acquérir :) Les salaires dans ton métier peuvent être connus de tous, les grilles sont accessibles sur le net. Je suis contente de lire ton anecdote et de voir en élément de réponse 'parce que les hommes les empêchent'.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tout est accessible dans notre boulot lol
      J'aime bien aussi l'anecdote, ils sont chouettes à cet âge là ^^

      Supprimer